Le snob gourmand 2009

Publié le par Lova Pourrier

"Il est impossible, dans notre société telle qu'elle est, de ne pas être parfois un snob." William Makepeace Thackeray

Etes-vous un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, ou pas du tout snob ? Pour le savoir, suivez le guide.

En 2009, le snob qui se respecte doit consommer :

 - du thé vert, pour ses vertus antioxydantes, stimulantes et drainantes. Le connaisseur ne jure que par le Shincha, issu de  la première cueillette du thé Sencha.


- du café blanc : cette boisson libanaise composée d'eau chaude et de fleur d'oranger (ou de rose) est la dernière tendance  orientale des cafés en vue.

- de la Chateldon : l'eau minérale de Louis XIV est sur toutes les tables snobs. Une bulle incomparable et un grand cru, en raison de ses faibles volumes.
"Il est dit que les eaux de Chateldon guériraient quelquefois Sa Majesté, la soulageraient souvent et la consoleraient toujours", expliqua Fagon, son médecin, au Roi-Soleil. Conquis par ses vertus "médicinales", Louis XIV l'aurait fait transporter, en bonbonnes à dos de mulets, depuis l’Auvergne, pour son usage quotidien à Versailles.
 Ainsi Chateldon, la favorite de la table du Roi, aurait toujours eu sa place aux banquets royaux, même lors de son mariage en 1659 avec Marie-Thérèse d’Espagne à St-Jean-de-Luz.

- des vins bio : en 2009, il est de bon goût d'aimer les vins sans pesticides, fongicides, insecticides et autres adjuvants
chimiques. Et de pouvoir parler de "pureté des arômes", d'"expression du terroir"…

- du champagne Drappier millésime Exception 2003 (année de la canicule). Une microproduction et une cuvée très réussie. 


- les glaces et sorbets de Grom, la meilleure gelateria de la rive gauche. Grom, c'est la glace à l'italienne comme autrefois, bio, voire écolo.
Pour cela, Guido Martinetti et Federico Grom s'appliquent à n'acheter que des matières premières exceptionnelles, sans  colorant ni additif chimique. Fruits de saison, eau de montagne (pour les sorbets), lait frais entier (pour les crèmes), oeufs bio, cacao et café  d'Amérique Centrale sont utilisés par ce glacier d'exception.
Grom possède sa propre exploitation agricole où sont plantées d'anciennes variétés de pêches, d'abricots, de poires, de  figues, de fraises et de melon, dans le respect des saisons et de l'environnement. 
La boutique de Saint-Germain-des-Prés fait fureur, on s'arrache la Rolls de la gelati.

Lieux snobs


 - Racines (75002) : la snob food d'aujourd'hui, c'est à Racines, dans le passage de Panoramas. On y trouve les légumes de chez Passard, le lard de Colonnata, la viande de chez Desnoyer… 


- l'herboristerie du Palais-Royal : ici, on peut se faire faire ses tisanes sur mesure, acheter les plantes  médicinales et huiles essentielles les plus rares, dans une ambiance chic et désuète. 

L'art d'être snob

 - le snob ne s'humilie pas en faisant une heure de queue pour s'acheter 3 macarons au Ladurée des Champs-Elysées. Non, il fait quelques mètres de plus, et s'achète des macarons Pierre Hermé au Publicis Drugstore, sans queue ni attente.
Tout aussi classe et moins cliché...


 - il pique-nique à Versailles (avec son panier en osier sur mesure).

 - il fait ses courses à la grande épicerie de Paris (Le Bon Marché).

 - il ne brunche pas, il slunche (ou drunche). Exit le brunch du dimanche matin ! La dernière tendance du moment qui nous vient des Etats-Unis et des pays nordiques (toujours en avance d'un cran), c'est le drunch (ou slunch), contraction de dîner/souper et lunch.
Il s'agit d'un repas léger et informel servi entre 17 heures et 21 heures, permettant de se coucher tôt pour être frais le lundi matin.
Accessoirement, il permet d'éviter de perdre son dimanche après-midi.

Si vous vous reconnaissez dans au moins 5 de ces pratiques, on peut le dire, vous êtes snob. Rassurez-vous, ce n'est pas forcément un mal. 
Selon Charles Dantzig, auteur de L'Encyclopédie du tout et du rien, et personnage en vue à Paris, on naît tous snobs :
"Je crois que les enfants sont snobs (Zorro, princesse, premier de la classe, cancre), puis que la société, cette grande
médiocre ni trop maigre ni trop grosse, ni trop brune ni trop blonde, ni trop belle ni trop laide, ni trop intelligente ni trop bête, et qui n'a qu'une haine, la singularité, leur apprend à cesser de l'être. L'école est faite pour ça, puis le collège, puis le lycée, puis l'armée si on y va, puis l'entreprise. Au moment où l'on pourrait tenter de devenir un peu soi-même, à la retraite, arrive la télévision."


Réagir dans le forum.

Commenter cet article