Maria pleine de grâce : quel est le prix d'une vie ?

Publié le par Lova Pourrier


Si vous ne l'aviez pas vu lors de sa sortie en salles en 2004, procurez-vous d'urgence le DVD, vous ne le regretterez pas. Pour ma part, je n'avais pas vu un film aussi bouleversant depuis longtemps.
Le synopsis ? Maria, une jeune Colombienne, démissionne d'un travail qui l'ennuie. Pour gagner de l'argent rapidement, la jeune femme enceinte ne trouve qu'un seul moyen : accepter d'être "une mule" pour le compte d'un trafiquant. Direction New York, où une nouvelle vie l'attend.


Nous suivons donc les traces d'une Colombienne de 17 ans, qui après avoir avalé des boulettes de cocaïne, fait le voyage entre sa petite ville de Colombie, près de Bogotá et New York.
Ce premier film du réalisateur américain Joshua Marston n’est ni un documentaire, ni un reportage, pourtant, tout sonne vrai, tout est réaliste. On est suspendu au destin poignant de ces jeunes filles, prêtes à risquer leur vie pour 5000 dollars, et aider ainsi leur famille. 
Sachez qu'il suffit que l'une des boulettes s'ouvre dans l'estomac pour que la mule meure d'overdose. Les risques que cela arrive sont grands en raison des sucs gastriques, et les risques de se faire prendre à l'aéroport ou dans l'avion aussi (car la mule ne peut ni boire ni manger, ce qui la rend aisément repérable).


Le rôle principal est remarquablement interprété par Catalina Sandino Moreno, qui n'est pas une actrice professionnelle, mais a suivi des cours de théâtre. Elle porte le film avec brio, incarnant avec conviction et sincérité une Maria authentique... comme si elle était vraiment Marie Alvarez. Une véritable révélation1. Entre instinct de survie, force, courage et espoir, c'est un joli portrait de femme qui nous est livré.
Ici point de pathos ou de sentimentalisme à outrance, juste le portrait d'une fille ordinaire qui rêve d'un avenir meilleur...
Le film ne se veut ni moralisateur ni "à message", mais l'on ne peut s'empêcher de relativiser notre condition de privilégiés, bien à l'abri dans notre confort occidental.


Le problème des mules est toujours d'actualité : alors qu'il concernait traditionnellement la Bolivie, la Colombie et le Pérou, il touche maintenant les Antilles et certains pays d'Afrique.
Le 28 mars 2008, un fait divers sordide avait défrayé la chronique : Yesenia, une adolescente de 15 ans était retrouvée morte à Orléans. Débarquée à Paris en provenance des quartiers populaires de Saint-Martin, la mule avait ingurgité une centaine de boulettes de cocaïne empaquetées dans des préservatifs, destinées à être vendues dans l'Hexagone. L'une d'elles avait éclaté, provoquant l'arrêt cardiaque de l'adolescente. Elle avait accepté de faire le voyage pour 3000 euros. 
Le désespoir de ces gens prêts à tout pour se sortir de leur condition rappelle aussi la détresse des clandestins qui risquent leur vie pour gagner des cieux qu'ils croient meilleurs, à la merci des passeurs. 


J'avoue ne pas avoir bien saisi l'analogie religieuse (le titre, Maria comme la Vierge, le parcours de la mule comme chemin de croix, ou encore l'affiche montrant la boulette de cocaïne comme une hostie), mais une chose est sûre : Joshua Marston, en réalisant ce film, a bien été touché par la grâce.

Fiche technique
Titre : María, pleine de grâce
Genre : Drame
Durée : 101 minutes
Date de sortie : 8 décembre 2004 (France)
Pays de production : États-Unis, Colombie
Réalisation : Joshua Marston

Maria pleine de prix
Festival de Berlin 2004 : Ours d’argent de la meilleure comédienne (Catalina Sandino Moreno) et meilleur premier film
Festival de Deauville 2004 : Grand prix du jury
Festival de Sundance 2004 : Meilleur drame et prix du public
Festival de Los Angeles 2004 : prix du public


ps : merci aux deux supers médiathèques de Clamart grâce auxquelles je peux emprunter gratuitement pleins de de DVDs et faire ainsi de belles découvertes.

1. Après avoir été remarquée dans le film Maria, pleine de grâce, Catalina Sandino Moreno campera une vampire dans le chapitre 3 de Twilight qui connaît un succès phénoménal.

Publié dans Livres - films - etc.

Commenter cet article